C'est quoi le hijab, que dit l'Islam ?

Le chapitre des règles du fiqh de la tenue vestimentaire

Islamiquement et linguistiquement parlant, le hijab a plusieurs sens. Il y a le vêtement qui couvre tout le corps et le vêtement qui couvre le haut du corps.

Dans tous les cas, cela laisse seulement apparaître le visage et les mains.

La pudeur n’est pas une simple tenue vestimentaire, c’est bien plus que cela, la pudeur fait partie de la foi. En effet, la pudeur se trouve également dans le comportement, dans les paroles, c’est une façon d’être. Plus on fera preuve de pudeur et plus on délaissera le haram.

Concernant les règles relatives à la tenue vestimentaire, il y a des règles différentes selon certaines catégories de personnes en fonction des personnes présentes et en fonction des actes à accomplir. Telles que par rapport à l’homme, à la femme, à ce qui est commun aux deux sexes, par rapport aux adorations et en public.  

La femme doit porter un vêtement ample et non transparent, ne laissant pas apparaître ses formes. Il n’y a pas de vêtement type défini. De plus, ses habits ne doivent pas attirer le regard et elle ne doit pas se parfumer en sortant de chez elle.

Réponse de Cheikh Abdellah dans le speed fiqh consacré aux règles de la tenue vestimentaire

De chez vous, étudiez votre religion avec des professeurs diplômés

Quant aux règles communes à l’homme et à la femme, sont qu’il n’y a pas de couleur précise du vêtement qui serait défini pour l’homme ou la femme, toutefois, le Prophète sallAllahou ‘alayhi wa sallam a recommandé à l’homme de porter des vêtements blancs.

Il interdit de porter des vêtements par orgueil et cela ne signifie pas, que l’on n’a pas le droit de porter de beaux habits. Il est également interdit de porter des vêtements du sexe opposé, l’homme ne doit pas ressembler à la femme et la femme ne doit pas ressembler à l’homme. Il est interdit de porter des vêtements propre aux mécréant (par exemple : curé, prêtre, sœur église…), de porter des habits en peau de bête féroce ainsi que de porter un vêtement laissant apparaître les parties qui doivent être couvertes.

D’après ‘Aicha, qu’Allah l’agrée,

Asmâ bint Abî Bakr, qu’Allah l’agrée, est rentrée auprès du Prophète, que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui, alors qu’elle portait un vêtement léger.

Le Prophète, que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui, s’est alors détourné d’elle et a dit :

« Ô Asmâ ! Certes lorsque la femme atteint l’âge des menstrues, il convient que l’on voit d’elle que cela et cela ».

Et il a montré son visage et ses deux mains.

Sounana Aboû Dâwoud – Hadîth 4104